Posons nous un instant… que retenons nous ?


La petite fille découvre le langage, extraordinaire, inouï ! … Parler, dire son ressenti, pouvoir le partager avec les autres et découvrir que les autres ont compris. Elle aime la liberté. La liberté de parler, de ressentir, de s’émouvoir de tout, d’un simple objet, tout se fabrique devant et dans son être. Elle aime jouer, rire, faire toute seule, apprendre, se tromper, essayer, recommencer etc..

Elle aime l’incertitude comme une curiosité. Elle aime naturellement ce qu’elle vit… 

On dirait que cette petite fille nous donne les clefs pour entrer dans une ville vers une humanité spirituelle et vraie.
Dans sa voix coule une rivière joyeuse, colorée et aimante : L’expérience spirituelle d’exister dans un lieu où tout est possible, illimité… où la compassion pour la vie est naturelle sans appris ni modèle… 

Ce potentiel de notre enfance, nous devons apprendre à l‘actualiser pour passer d’une humanité mécanique à une humanité spirituelle, dans une société vraie vivant les valeurs universelles du miracle d’exister. Apprendre à exprimer le meilleur de soi plutôt que de transmettre automatiquement ses peurs et ses erreurs.


Comment vivre au quotidien les valeurs de l’innocence en les actualisant dans notre vie tout en participant à la transformation du monde ?

Il y a des choses dont nous sommes responsable et d’autres pas. 
Nous sommes dans un embouteillage, en sommes-nous responsable ?
Nous pouvons augmenter notre impatience et nous énerver ou nous pouvons nous centrer sur la réalité et notre corps.
Etes vous emmuré ? Dans un cercueil ? Si non, vous êtes libre…


Le monde libre, commence dans notre individualité, tout de suite.
Il y a une responsabilité individuelle à prendre conscience des conséquences de nos paroles et nos actes…. !


Pratiquement combien de fois par jour réagissons-nous ou critiquons-nous…?
Cela nous donne une évaluation de notre intégration à conduire le changement dans une compassion active, réelle ( rires) .

La compassion, c’est aussi exprimer, dire à l’autre, ce qui va bien. Combien de fois par jour pratiquons-nous ?

VERS UNE HUMANITÉ VRAIE DANS UN HUMAIN SPIRITUEL SIMPLIFIÉ

L’homme spirituel vit des moments intenses, délicats, précieux. 
Il est dans la contemplation de ce que la vie lui présente, personnellement impersonnel.
Il prend conscience qu’il a un corps, qu’il existe ; il aime comprendre, savoir, contempler les lois de l’univers spirituel. Il n’est contre personne, il est libre comme le vent, il ne défend pas des concepts ou des vérités conceptuelles. Il voit la beauté suprême et incandescente du réel dans une innocente maturité.

 

L’homme spirituel est dans « je ne sais pas » dans une compassion qui n’est pas quelque chose d’intellectuel, d’appris ; Il vit la compassion dans le présent et la spontanéité. Cet homme intègre, authentique, se tient debout à la proue du bateau, lucide face aux éléments tels qu’ils se présentent. Il est le maitre de ses pensées. 


Il vit sa vie en direct dans l’imprévu et la synchronicité de la Vie, dans la vérité qui s’inscrit au fur et à mesure de ses pas.

Je vous emmène avec moi… je suis près de Montparnasse, je vais faire une conférence sur l’instant présent. Je marche avec curiosité, étonnement, je me régale d’impressions… de « visages-paysages »… dans les rues bruyantes, grises et sérieuses de Paris. 

Personne ne sourit, tout le monde semble accablé et organisé dans une gigantesque ruche, cela bourdonne, klaxonne… « Pressons, vous créez des embouteillages » en marchant normalement. On dirait une ville artificielle avec des habitants robots …

Plus loin, Je croise un passant, il parle à voix haute, son discours est logique, on dirait une scène de ménage à ciel ouvert… il désigne les coupables, structure le tribunal… Il est comme dans une prison… sans murs, ni gardiens !!! … Brrr … il fait froid tout d’un coup !... 

Soudain, sortant d’une porte cochère, je vois une maman et sa petite fille… Elle doit avoir deux ans… Elle balbutie des paroles, la tonalité de sa voix est enjouée, joyeuse, admirative, étonnée, elle apprend à parler… Sa maman ne la comprend pas toujours mais elle n’en est pas victime… Sa maman la tire gentiment vers une destination… et Paris devient une ville enchantée vécue dans l’innocence de la vérité.

Vers une humanité vraie

Par David Ciussi