Le bonheur me suivait partout

Par David Ciussi

« Le bonheur me suivait partout, il n’était dans aucune chose assignable, 
il était tout en moi-même ; il ne pouvait me quitter un seul instant. »

Jean-Jacques Rousseau - Les confessions

Le concept du bonheur est le plus prisé de la planète.


Il suffit de regarder toutes les publicités vantant les mérites des lendemains meilleurs…

Chacun a sa propre idée sur le sujet.

 

Alors est-il dans les choses que l’on possède, dans les voyages que l’on fait, dans la réussite sociale, dans le partenaire idéal, dans les transcendances illusoires ou plus simplement dans ce qui est ici…?


Nous sommes tous engagés dans une grande aventure qui s’appelle la vie. 
C’est une grande école où chacun apprend, expérimente, joue, grandit et tire des leçons pour améliorer la qualité de son existence.

 

Le but ultime de cette école de la vie est de nous transmettre son intelligence créatrice et de nous faire redécouvrir que le bonheur est présent partout, cadeau caché dans la simplicité du quotidien.

 

La vie de tous les jours devient alors un laboratoire d’expérimentation, lieu privilégié où chacun peut mieux comprendre le sens des évènements qui jalonnent son chemin, des plus grands enseignements aux plus petites réflexions.

Mais pour beaucoup la réalité semble difficile. 
Pour nous en échapper, nous recherchons le bonheur, ailleurs, plus tard, « quand je serai…, quand j’aurai... » bref dans un concept, une projection, une idée de « bien-être ». Les « publicités-bonheur » : stars, paillettes et réussites faciles, nous conditionnent à la dépendance aux objets-bonheur. Même la spiritualité par les courants « nouvel-âge » est devenue superficielle et superstitieuse.
Ni ces objets, ni les concepts, ni les théories, ni les croyances ne nous donnent quoi que ce soit. La récréation que cela nous procure peut nous donner l’illusion de ne pas être en prison, mais soyons lucides : ce n’est qu’un leurre. Tout au plus, cela nous permettra de changer la couleur des barreaux de notre prison.

Nous compensons l’ennui de ne pas être par le besoin d’avoir.
Tout cela nous projette dans un bonheur futur nous prouvant qu’il nous manque quelque chose. Pourtant, nous ne sommes séparés que par une image mentale de nous-mêmes et ce qui nous manque, c’est nous ! Nous ne vivons pas en accord avec le cadeau caché qu’offre la vie en chaque instant, alors nous nous grisons de futurs changements imaginaires.
Nous ne vivons pas notre vie, ici et immédiatement, nous la pensons.
C’est la fracture du monde poétique de l’enfance qui ramène, « le nouveau au même, le futur au passé, l’inconnu au connu, le changeant à l’immobile ». Le principe vivant est ainsi sacrifié. 

 

 



Paradoxalement le bonheur sans objet est la rencontre avec toute la création. 


Il est l’intelligence du sujet qui expérimente la vie. C’est une joie pure qui illumine et renouvelle le monde. Dans cette façon de voir, le monde terrestre est sauvé et tous les objets du quotidien sont aimés sans qu’on ait envie de les posséder. Cette attention et cette visée précises face au monde donnent un sentiment merveilleux d’être relié au tout.
Vivre dans le bonheur, vivre à la bonne heure… 


Le bonheur se découvre dans l’expérience d’une continuité immédiate, celle de la conscience d’être dans l’instant que vous vivez. Il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux. Cet instant est le concentré de toute votre vie. Ici le passé est à sa place comme un vieux livre rangé. Pas de regrets, pas d’attente. Rien ne vous empêche de lire le livre de l’instant présent. Vos yeux sont neufs, vos oreilles aussi. Tout le corps se mobilise pour que votre intelligence comprenne "ici est le bonheur, ici la vie se guérit, ici la vie s’élance, ici la vie est un processus dynamique qui se renouvelle, ici est la présence sacrée de la conscience d’être heureux." C’est une intention ludique de se signifier en se manifestant de plus en plus dans la réalité et dans l’énergie de la simplicité.

LES ASTUCES POUR DÉCOUVRIR LE BONHEUR DANS NOTRE QUOTIDIEN : LE « TOUT-ICI, TOUT-SOI »…


Il y a plein de petites astuces qui favorisent une certaine détente corporelle, émotionnelle, mentale : désirer, ressentir que tout est sa place et qu’il ne manque rien, qu’il ne vous manque rien…

Nourrir de la tendresse pour votre corps,

Conscientiser votre respiration,

Apprécier chaque petit moment que vous vivez, le petit café du matin etc… 
Ne pas vous sentir victime de votre vie, des circonstances, des autres.
Accepter la réalité, ses obstacles, ses problèmes, ses inconforts. Chaque rencontre ou situation contient un processus pédagogique, une clef précise pour entrer en cohérence avec la créativité infinie de la vie.
Arrêter d’attendre « autre chose ou « que ça change »… la vie sera toujours pleine de défis, de projets à terminer, de crédits à rembourser !

Profitez de la saison, de la présence de vos enfants et amis…
Observez la nature, elle donne tout, elle se transforme pour vous, autour de vous et au-dedans de vous…
 

Vous n’êtes pas seulement un personnage psychologique, vous êtes le principe de la vie, la vie qui se renouvelle au-delà de vos doutes ou de vos angoisses. 


Aussi contactez et posez-vous, par exemple dans l’espace de calme entre deux pensées, en quittant votre habitude à être insatisfait ou malheureux. Vous créez ainsi un espace de tranquillité, d’« immobilité » et d’invulnérabilité. Dans cet espace, quoi que vous pensiez, quoi que vous fassiez, vous demeurez en contact avec cette intelligence qui rend libre, ce qui nous permet de conduire vos activités quotidiennes dans une belle qualité de vérité. Accompagnez le renouvellement de la vie en étant créatif, l’aventure dans les yeux tel un enfant étonné et joyeux.


Servez-vous de « la pensée-action-satisfaction, c’est-à-dire, « je pense, j’agis et je suis satisfait d’avoir accompli l’action juste », celle qui ne laisse pas de regrets ni de doutes. Là se dessine une atmosphère spirituelle, une présence merveilleuse où les autres, la nature, les paysages, les fragrances sont reliés par le lien sacré commun à toute la création.

"Enfant, je me souviens de mon premier rendez-vous avec une glycine… sa senteur douce et sucrée s’exhalait sur les murs décrépis de mon école. Je goûtais sa vie, je goûtais ma vie. Tout était suspendu dans l’indicible beauté de cet instant simple et précieux ; mon âme était légère comme posée sur les ailes d’un papillon voletant d’un endroit à un autre, le temps et l’espace n’existaient pas encore et les mots n’étaient pas encore nés pour séparer les choses. La vie “se semait” en rendez-vous intimes…"
(Extrait du Petit livre de l'Eveil n°4 “La Recherche spirituelle“ du même auteur)


Ouvrez votre regard à la vie…


Le secret, c’est de s’ouvrir à ce regard constamment neuf qui donne de l’émerveillement au monde et aux gens qui vous entourent, regard qui vous fait reconnaître la vie dans son caractère unique et sacré. L’émerveillement est un véritable chemin spirituel, une pratique de la joie immédiate, une intention du coeur à être totalement présent dans le spectacle du monde.


Le bonheur est le chemin, pas la ligne d’arrivée…


Redécouvrir la vision intuitive de cette expérience directe transcende toutes les habitudes mentales, tous les systèmes appris et vous aide à redevenir simple, sans attentes ni projection, Le monde devient alors un miracle de chaque instant, une surprise toujours renouvelée. Le cadeau caché contenu dans cet événement est que la pleine conscience est d’une telle évidence que la félicité n’est jamais loin ! Tous les objets et les évènements de la vie deviennent des vraies pilules de bonheur si vous réapprenez à les « voir », à saisir ces moments simples de la réalité immédiate, sans filtres qui vous éloignent de notre être donc de la Vie.

Ici, dans cette simplicité, dans cette joie sans objet,

je vis heureux dans une présence que je ne peux ni perdre, ni quitter.

Les jours et les nuits sont comme une note renaissante du monde infini renouvelé sans cesse. Alors le bonheur terrestre est joyeux comme une cour d’école

et mes paroles-silence tournent les pages de la vie sans la critiquer. (rires)